J'aime pas les agressions visuelles !

Publié le par Dunno

nickiminaj

 

Soyons honnêtes. (quand je commence comme ça, c'est que je vais sortir une connerie énorme) Nous les fââââmes, on a quand même un gêne en plus, celui de la langue de vip' ! Il n'y a rien de pire que le regard d'une nana sur une autre nana. Là où le mec regarde qu'une fois avant de passer à autre chose (baisable, pas baisable), nous nous regardons deux fois. Une fois, parce qu'on a des yeux. Une deuxième fois parce que nos yeux ont remarqué quelque chose et on revient pour s'y attarder, détailler, juger, critiquer. Est-elle mieux ou pire que moi ? Pour se rassurer, pour s'encourager à faire des efforts, pour admirer, pour différentes raisons. C'est comme ça, c'est dans notre nature.

En plus de ce vice là, personnellement j'en ai développé un autre : je dessine, principalement voire que des femmes, et j'ai appris à dessiner en observant. Alors, de façon générale, j'ai tendance à fixer. Quand je regarde quelqu'un, j'essaie d'imaginer quels seraient les coups de crayon à donner pour reproduire telle position, telle expression du visage, etc, etc...

D'une façon générale, j'ai appris à apprécier une jolie fille. J'ai aucune gêne à le dire, quand une fille est jolie. D'ailleurs, récemment on m'a demandé si j'avais pas un doute de ce coté là (oui, c'est un mec qui m'a demandé ça, forcément...). Bah non, de ce coté, là, ça va, je suis fixée.

 

Mais tout ça ne m'empêche pas de critiquer, de juger, de pinailler, de scruter la fille en cherchant le défaut qui me fera penser "ha, elle n'est pas parfaite !". Ca rassure. La beauté est un don cruel, ceux qui la possèdent finissent par en souffrir et ceux qui l'observent la jalousent.

 

Depuis que j'essaie de suivre un chemin karmiquement positif (à mon niveau, j'entends), j'essaie (de toutes mes forces) d'éviter de critiquer le physique. Bon d'accord, c'est aussi parce que j'ai un cul de la taille du continent asiatique. Mais voilà, des fois... arf, des fois, c'est vraiment, vraiment compliqué de ne pas avoir envie de rire ou de s'indigner en regardant autour de soi. C'est ce que j'appelle des agressions visuelles. Ce moment où ton regard vogue tranquillement dans le paysage, l'esprit libre comme l'air, la musique d'Heidi dans la tête (ou Jenifer, c'est comme vous voulez), et là, votre regard tombe en arrêt sur... une chose non identifié, qui vous horrifie sans que vous ne puissiez en détacher votre regard. Agression visuelle.

 

Attention, il ne s'agit pas de quelqu'un de gros ou de maigre, ni difforme ou handicapé (non, ça c'est mal). Il s'agit d'une personne lambda qui semble être sortie du caniveau qui lui sert de maison, attifé de bouts de tissus les plus vomitifs les uns les autres. La personne WTF (What the fuck). Arrêt total. Franchement, si on était pas aussi civilisé, j'aurai presqu'envie d'aller voir ce genre de personne, je les prendrai par la main (s'ils ont pas l'air trop dégueulasses), les ferai asseoir sur un banc et dirait, d'une voix relativement douce (mais un peu alarmée quand même) : "Dis moi ce qui ne va pas ? Je t'écoute." Nan parce que franchement, parfois il faut voir la vérité en face : y en a qui ont de sacrés problèmes.

 

Ou alors ils n'ont pas de miroirs.

 

Ou alors ils viennent d'un monde parallèle où leurs accoutrements est à la mode.

 

Exemple ? Il y a quelques semaines, je prenais le RER D. Alors déja, le RER D (toi qui n'est pas parisien) c'est un univers à part. Je ne sais pas ce qui se passe sur cette ligne, mais c'est de la bonne. C'est peut-être un craquage nerveux général, dû aux nombreux retards connus de la ligne, les gens ripostent.

Bref, toujours est-il qu'un jour, j'ai pris la ligne D. Une fois passée l'épreuve de l'engouffrage dans le train, j'ai collé le bout de mes fesses sur un siège infecté (très probablement) et je m'apprêtais à vivre en apnée pendant le quart d'heure suivant quand... j'aperçois du jaune. Fluo. Partout. Tout partout. 

Top à bretelles et dos imitation dentelle : jaune fluo

Mini short élastique qui ressemble à un sous-vêtement : jaune fluo

Collant à résilles : jaune fluo

Ballerines en plastique : jaune fluo

Et pour compléter le tout : des guêtres noires.

 

Je suis pas contre un peu de couleurs. Mais là, tout était fluo et même en omettant la couleur (et les guêtres qui datent de l'époque du film Flashback), la tenue en elle-même était trash à mort. WTF moment, où, si j'avais plus de cran (et de tact), j'y serai allée pour lui demander "Mais qu'est-ce qui t'as pris bordel ???"

Mais évidemment dans la vie réelle tu le fais pas. Sauf si t'as envie de t'embrouiller avec les gens, comme ça pour le fun.

 

A la limite, cette jeune fille avait du style, son style à elle. Et c'est déja pas mal. Y en a qu'on pas de style (genre moi). Et puis y en a qui n'essaient pas ou plus. Des gens qui ont l'air désabusé et encore plus usés que leurs fringues. Une fois j'en ai vu une comme ça, un matin, alors que j'allais bosser. On était dans le bus et je l'ai vu : vieux tee-shirt blanc sale, un vieux bas de jogging si moulant qu'en fait il devait être trop petit, les cheveux en bataille et hirsutes. Un message clair : j'en ai plus rien à foutre. Mais pourquoi madame ? Qu'est-ce qu'il y a, qu'est-ce qui s'est passé ? Et là, j'ai même pas envie de me moquer.

 

Et puis bon, il n'y a pas que ça, y a les gamines qui s'attiffent comme des putes, celles qui ont des chaussures de 15 mètres de haut et qui n'arrivent pas à marcher avec, celles qui ont tout simplement l'air vulgaire (à tout âge), une couleur de cheveux étrange, ou celles qui mettent un legging en guise de pantalon au lieu d'opter pour un jegging, alors qu'on voit leur culotte à travers, un camel toe, le soutien-gorge trop petit qui fait 4 nénés, les orteils qui dépassent des sandales, le maquillage outrancier, le tissage qui fait paille et/ou moumoute, etc, etc... Tous les jours est une épreuve, des fois je me dis que si j'étais plus discret et avec un bon appareil photo, je pourrai les prendre en photo, discretos et les partager sur un blog où je serai encore plus connasse.

 

Mais encore une fois, je n'en fais rien et passe à autre chose, pasque bon, ca se fait pas quoi. On dit toujours qu'on est le con d'un autre. Bah c'est bien possible que chaque jour des nanas me regardent passer en se disant "ouh lala, non mais qu'est-ce qu'il lui prend de se montrer à celle là ?", en détaillant ma tenue (généralement un pantalon noir et ample, et un haut tout aussi ample... oui des toiles de tentes, c'est ça) et en se moquant plus ou moins. Et finalement, elles auraient bien raison. Qui suis-je pour critiquer ? Mais en même temps, tant que ça reste dans ma tête, je peux penser ce que je veux (encore heureux).

Finalement, un jour y en aura ptet une qui viendra me voir, les yeux écarquiller d'horreur, pour me prendre par la main, m'asseoir sur un banc et me dire "What the fuck! Tu t'es vue ??? Ca va pas ?!". Ce serait marrant.

 

Ou pas.

 

Sorry s'il y a des fautes, je me relirai plus tard :P

Commenter cet article